Nouvelles Séries de la Rentrée

 

Comme tous les ans, à cette période de l’année, les chaînes télé américaines lâchent dans la nature leurs nouvelles séries télévisées, en espérant un succès de plus en plus immédiat pour le meilleur et pour le pire (les séries ne faisant pas d’audience dès le début ayant rarement le temps de s’installer, le couperet de l’annulation tombant de plus en plus rapidement chaque année). Et comme chaque fois à cette période de l’année, je regarde un certain nombre de nouveautés en espérant y dénicher le futur joyau qui nous tiendra en haleine plusieurs années durant.

Voici ma sélection de cette rentrée ci :

 

American Horror Story

Je n’attendais rien de cette série. En fait, la seule raison pour laquelle je l’ai regardée, c’est la présence de Connie Britton. Je n’ai pas trop su que penser à la vision du premier épisode. Une série de qualité, ça c’est sûr, mais un ton et une atmosphère vraiment déplaisants, bien sûr, cela est volontaire de la part des producteurs. Mais voilà, est-ce que j’ai envie de regarder une série qui me met mal à l’aise ? Une série où je ne m’identifie ni ai envie de m’attacher à aucun des protagonistes ? Une série avec un rythme et une atmosphère déstabilisants à dessein ?
Je lui ai quand même laissé sa chance et j’ai regardé le deuxième épisode, puis le troisième, et le quatrième. Le résultat : je suis séduit !

Je ne sais pas si l’atmosphère est devenue (légèrement) moins oppressante au cours des épisodes suivants ou si je m’y suis tout simplement habitué, mais maintenant, il me tarde chaque nouvel épisode avec impatience.

Et de quoi ça parle ?

Tout est dans le titre. Mais attention, il ne s’agit pas juste d’un simple film d’horreur adapté pour durer plusieurs épisodes au lieu des deux heures habituelles. C’est beaucoup plus que ça. C’est une plongée dans l’inconscient collectif américain dans ce qu’il peut avoir de plus horrible et dérangeant, sa fascination du sang et de la mort que ce soit son obsession pour les films d’horreur (genre essentiellement américain avant de s’exporter partout ailleurs), pour les serial killers et autres meurtriers de la trempe de Charles Manson et pour toute cette pop culture macabre.

Dire que la série est bourrée de références est presque un euphémisme, toutefois, elles savent rester subtiles sans jamais “court-circuiter” le reste.

Au final, même si la série n’est pas à mettre devant tous les yeux (je pense qu’elle doit faire très peur à certaines personnes), elle est la grosse surprise de la rentrée, et clairement la meilleure nouvelle série de l’année.
Mention spéciale à Jessica Lange, dans un rôle dont je ne vous dirai rien sinon je n’avais jamais imaginé que cette actrice me foutrait les jetons un jour. L’Emmy de Meilleur Second Rôle Féminin lui est déjà réservé pour la prochaine fois.

 

Homeland

Pour vous en parler, je vais devoir dévoiler quelques éléments clés du premier épisode, si vous ne voulez pas savoir, sautez ce passage (mais comment vous convaincre de regarder alors ?).

Afghanistan, de nos jours : Nicholas Brody, un soldat américain disparu 8 ans plus tôt en Irak et que toute le monde croyait mort est retrouvé prisonnier et vivant lors d’une attaque d’une base talibane.

L’Amérique entière se réjouit de la nouvelle et en fait son nouveau héros ! Toute l’Amérique ? Non. Car, un agent de la CIA, Carrie Mathison (Claire Danes, excellente) possède des informations depuis un moment qu’elle comprend enfin : le prochain 11 septembre arrive et il sera causé par un Américain infiltré et converti à la cause d’Al Qaeda. Pour elle, cela ne fait aucun doute, c’est de lui dont il s’agit ! Petit problème, on apprend assez rapidement que Carrie est mentalement instable et souffre d’une condition qu’elle cache à tout le monde pour ne pas perdre sa carrière.
La série suit donc les deux personnages, Carrie qui essaie de trouver les preuves compromettant Brody sans s’aliéner ses collègues, ses amis, sa hiérarchie, et Brody qui essaie de réapprendre à vivre normalement auprès de sa famille après huit ans de captivité et qui pourrait aussi préparer la prochaine attaque sur le sol américain… ou pas…
Je n’ai vu que les trois premiers épisodes, et pour l’instant, l’histoire nous tient vraiment en haleine, les indices nous faisant tour à tour basculer pour ou contre Carrie. Toutefois, je me demande un peu combien de temps ce suspense pourra durer sans devenir lassant et/ou comment la série pourra continuer une fois le fin mot de l’histoire révélé.

 

Once Upon a Time

Je ne vais pas dire grand-chose de Once Upon a Time, surtout parce que le premier episode a été diffusé dimanche dernier et c’est à ce jour le seul que j’ai vu. Le principe est simple : les personnages des contes de fées sont vivants de nos jours, tous dans le même petit village du Maine, sauf qu’aucun n’a conscience de sa vraie nature. Seul Henry, un petit garçon de 10 ans, adopté à la naissance, comprend cet état de fait grâce à un livre en sa possession. Ils sont en fait victime d’une malédiction de la Méchante Reine (celle de Blanche Neige). Il décide alors de retrouver sa mère biologique (Jennifer Morrison) et de la convaincre de l’aider, car elle seule pourrait combattre la malédiction. Je ne veux pas en dévoiler plus, mais ce premier épisode m’a vraiment séduit.

Maintenant j’espère que l’histoire saura rester solide, car cette série peut facilement devenir du n’importe quoi.
Ça fait aussi assez bizarre de voir des univers aussi différents que celui de Blanche Neige et de Pinocchio aussi allégrement mélangés (avec une très forte influence “disneyienne”, mais bon, la série appartient à ABC, ceci explique cela).

Mais pour l’instant, tous les personnes sont convaincants, l’histoire est solide, espérons que ça dure.

À noter un certain nombre de clins d’œil à Lost (8h15, porte numéro 108, etc), les créateurs étant des anciens de Lost, surtout Adam Horowitz.

 

Pan Am

Je ne sais pas trop pourquoi j’ai commencé à le regarder. La curiosité certaine, la présence de Christina Ricci aussi (c’est vraiment la saison des actrices apparemment cette année). Ce que c’est, vous en avez certainement déjà entendu parler, une série qui se déroule en 1963 et dont les protagonistes sont des hôtesses de l’air de la mythique Pan Am.

Les plus :

  • Le glamour.
  • Un certain ton sympathique.
  • Christina Ricci.
  • Pour la première fois, une des protagonistes principales est française et est jouée par une actrice francophone (une Canadienne, certes, mais c’est déjà mieux que tous les autres personnages français de toutes les autres séries avant elle).
  • Des personnages attachants pour la plupart.

Les moins :

  • Les clichés : beaucoup trop de clichés partout (si vous ne voyez pas ce que je veux dire, regardez le deuxième qui épisode qui se passe à Paris et vous comprendrez de suite).
  • Les intrigues pas forcément prenantes ni exceptionnelles pour l’instant, mais je ne sais pas si je vais continuer à regarder bien longtemps.

 

The Playboy Club

Je ne sais pas trop pourquoi je vous parle de cette série puisqu’elle fut annulée au bout de trois épisodes. Et c’est bien dommage parce qu’il ne s’agissait pas du tout de ce que vous imaginez. Et je crois que c’est là que résidait le problème de cette série. Qui entend Play Boy de nos jours, pense de suite, playmate, The Girls Next Door and un pervers pépère charmant mais un peu désuet aussi. Alors qu’il fallait penser au Play Boy Club des années 60 à Chicago, en d’autres termes, le night-club le plus à la mode du pays à l’époque et où se retrouvaient stars, politiciens, millionnaires et maffieux en tout genre.
La série était bien plus que des jeunes femmes charmantes en costume de bunny, mais bon, je vais pas perdre mon temps à raconter puisque vous ne la verrez jamais de toutes façons.

 

Person of Interest

Un nom: Michael Emerson! Il est toujours aussi genial, même si cette fois-ci il joue un gentil qui ne ment pas et qui essaie de faire le bien autour de lui, même si c’est d’une façon assez particulière. Mais voilà, il est tellement difficile de se sortir Benjamin Linus de l’esprit quand on le voit que l’on a du mal à se sortir de la tête qu’il cache probablement quelque chose de pas clair. Les scénaristes joueront-ils dessus ? J’ai envie de coire que oui (déjà, le fait que lors de sa première minute à l’écran il parle de liste et qu’il précise qu’il ne mentira jamais n’est pas innocent je pense).

À part ça, je ne sais pas, j’aime bien la série, mais elle ne me passionne pas non plus. En fait, le problème vient surtout de Jim Caviezel que d’autre chose. Je trouve qu’il a le charisme d’une huitre et ça la fout mal quand on a le rôle principal.

Sinon ça parle de quoi ?

De deux types (Caviezel en super agent, et Emerson en mec de l’ombre qui sait plein de trucs) qui ont le moyen de savoir à l’avance qu’une personne va être impliquée dans un meurtre (victime ? meurtrier ? autre ? ils ne le savent pas), je vous passe les détails pour l’instant. Meurtre qu’il faudra ensuite empêcher.

J’ai quelques épisodes de retard, et j’espère vraiment qu’ils contiennent un sacré meta-plot, parce que si ça continue à être “le meurtre à éviter de la semaine” sans plus, je ne vais pas regarder longtemps je pense.

 

Terra Nova

La “grosse série” de la rentrée: c’est produit par Spielberg, avec un gros budget, des effets spéciaux et tout le reste.

L’histoire : au 22e siècle la terre est encore plus un dépotoir qu’aujourd’hui, mais une faille temporelle a été découverte, elle mène en l’an moins 85 millions et des poussières, époque qu’il s’agit maintenant de coloniser pour fonder un monde meilleur.

Si vous êtes pas trop nul en chronologie de la Terre, vous aurez compris qui se trouve déjà à cette époque : les dinosaures !

Après un premier épisode à couper le souffle, je trouve les épisodes suivants assez décevants, et j’espère qu’une bonne grosse intrigue s’étalant sur toute la saison (voire plus) va bientôt se mettre en place (le premier épisode le laissait penser, mais les suivants laissaient ça de côté pour des épisodes “indépendants” me laissant sur ma faim), sans ça, je ne vois pas comment cette série peut rester intéressante malgré les gros espoirs placés en elle (c’est vrai quoi, une série avec des dinosaures, merde, c’est pas tous les jours qu’on a ça !)

 

Alcatraz

Peut-être la série que j’attends le plus, sauf qu’elle ne sera pas diffusée avant cet hiver. Deux noms : J.J. Abrams et Jorge Garcia. Nuff’s said. Je vous en reparlerai en temps voulu.

 

The Walking Dead

Oui je sais, c’est pas une nouvelle série, mais avec seulement six episodes dans la première saison, c’est tout comme. Donc, je vous signale juste que la deuxième saison vient de débuter et elle démarre encore plus fort que la première. Clairement la meilleure série télévisée aujourd’hui. À ne pas manquer ! (lisez ici les quelques mots que j’ai écrits sur la première saison de the Walking Dead)

 

Et vous, vous en pensez quoi de ces nouvelles séries ?
En ai-je oublié qui méritent d’être mentionnées ?

 

The following two tabs change content below.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

4 Responses

  1. Fyly says:

    PanAm est très curieux. Je trouve que c’est pas bon et pourtant je regarde avec plaisir.
    Je devrais ajouter une note parallèle en parlant de Hart of Dixie…

    • D. Gator says:

      Un peu pareil pour Pan Am en fait. Je pense que c’est le ton rafraîchissant qui donne envie de regarder.

      Si tu as envie de parler d’autres séries non mentionnées ici, bien entendu, n’hésite pas.

  2. Pseudo says:

    J’ai regardé le premier épisode de Pan Am hier soir. Glamour, oui…mais après l’âge de douze ans j’ai cessé de regarder les soaps, et cette émission en a l’air trop pour mon goût ! Quant au personnage “français” – elle m’énervait dès le début quand elle s’est mise à dire “Oui” en français dans le plein milieu d’une conversation en anglais. Qui fait ça ? Personne ! Substituer un mot difficile serait raisonnable mais “Oui, I’d be happy to help you” c’est assez bidon. De plus, même si tu me l’avais pas déjà dit de pense que je saurais immédiatement qu’elle est québécoise, parce que l’accent des francophones canadiens en anglais n’est pas du tout semblable à celui des Français, vraiment pas du tout. Elle a même l’air d’une Québécoise – certains ont des traits typiques et certains ne l’ont pas, soit, mais elle elle en a. (Croisement consanguin.) Elle est jolie et elle a bien fait sont métier d’actrice mais le casting est assez drôle. Pour l’arc narratif concernant la Guerre froide j’imagine que c’est important qu’elle soit européenne au lieu de canadienne, quand même… (Sommes-nous tous ennuyeux ? Soupir…)

    • D. Gator says:

      Je dis souvent “yeah” quand je parle français. 😉
      Quant aux fait qu’elle soit québécoise, je l’ai appris grâce à imdb. Quand elle parle français, elle n’a pas du tout d’accent québécois, ce qui d’ailleurs me surprend.

      Sinon, oui, je pense que le fait qu’elle soit française est important par rapport à l’époque (d’ailleurs, dans l’épisode qui se passe à Berlin, c’est un “détail” important).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *