Invasion de Larves de Scarabées-Rhinocéros Japonais

 

Bon, il est temps que je vous donne des nouvelles de mes scarabées-rhinocéros japonais non ? (c’était ça ou alors je vous parlais de politique française, et en ce moment, vaut mieux pas, c’est pas bon pour la santé de s’énerver ainsi).

Il y a déjà un peu plus d’un mois de ça, je découvrais une larve à travers la vitre de mon terrarium.

En fait, je pensais que ces petites créatures naissaient vers le début de l’automne environ. Que nenni! La période d’incubation est de quinze jours seulement.

Sachant que mes scarabées sont “nés” (i.e. sortis de leur chrysalide) la dernière semaine de juin environ (j’ai pas noté la date exacte, j’aurais dû), ils n’ont pas chômé.

L’autre truc que je ne savais pas, c’est que la femelle scarabée pond au fur et à mesure. Je pensais qu’elle pondait tous ses œufs disons en août environ, puis que les larves naissaient plus ou moins en même temps fin septembre environ.

Non. La femelle pond en fait petit à petit (genre un œuf par jour – je ne connais pas le rythme exact), et les larves naissent elles aussi petit à petit.

Donc pour ne pas se retrouver avec une cinquantaine de larves sur les bras, ce qu’il faut faire assez rapidement (et que j’ai fait bien trop tard), c’est mettre la femelle dans un nouveau terrarium sans terre. Pas de terre, pas d’œufs, c’est aussi simple que ça.

Ça m’a un peu attristé cette histoire de séparer ainsi le mâle de la femelle. Certes, ils n’ont pas de sentiments l’un pour l’autre, mais une fois séparés, leurs comportements à vaguement changé. Peut-être, même s’ils ne sont pas exactement des animaux grégaires, qu’ils “apprécient” de voir des représentants de leur espèce de temps à autres. En effet, une fois séparés, je les ai trouvés – tous deux – assez agités, je n’ose dire stressés.

L’an prochain, il faudra que j’essaie de trouver une autre solution, mais celle que j’ai essayé cette année, sur les conseils de ma coach, était de mettre la femelle dans un mini-terrarium rempli de copeaux de bois (genre litière pour hamsters).

 

Femelle scarabee dans sa nouvelle demeure

La femelle scarabée dans sa nouvelle demeure.

 

Malheureusement, elle n’y est pas restée très longtemps car un drame s’est produit. Un soir, je l’ai retrouvée à l’envers, les pattes en l’air, complètement épuisée. C’est vrai que malgré les feuilles et brindilles installées, elle avait tendance a tomber sur le dos plus que dans son ancien terrarium, et surtout elle avait plus de difficultés à se retourner. En effet, les scarabées ont besoin de pouvoir s’accrocher à quelque chose quand ils tombent sur le dos, sinon, ils s’épuisent et en meurent.

Combien de temps était-elle restée ainsi ? Aucune idée.

Elle est morte le lendemain.

Maintenant, il y a deux hypothèses. La première, le bête accident (au cas où, l’an prochain, il faudra que je pense ce terrarium sans terre de manière différente, peut-être avec beaucoup plus de morceaux de bois, de feuilles mortes, de mousses). La deuxième, après avoir pondu, la longévité d’une femelle scarabée-rhinocéros japonais est assez brève (les femelles de cet animal n’ont vraiment pas une vie rose : à peine adultes, elles se font maltraiter et violer par les mâles, ensuite, elles passent leur temps à pondre, et comme c’est assez épuisant, elles meurent peu après). Donc peut-être que la vie de ma femelle tirait sur sa fin et que c’est sa faiblesse qui l’a empêchée de se rétablir une fois tombée à la renverse. Peut-être.

Mais c’est pas tout de trouver un nouveau logement à la femelle (et d’espérer qu’elle y coule de vieux jours), il faut aussi sortir les larves du terrarium de leur père et leur trouver des logements plus ou moins temporaires.

Alors, on installe un sac de plastique sur le sol, on met le mâle scarabée en sécurité dans un seau (avec couvercle) et on vers le contenu du terrarium sur le sac :

 

Trouver les larves de scarabee

 

Ensuite, on fouille la terre, jusqu’à ce que l’on trouve toutes les larves. J’avais préparé une bouteille en plastique coupée en deux, et un petit terrarium en plastique, de quoi héberger les quatre ou cinq larves que je pensais trouver.

Sauf que…

j’ai arrêté de compter après 15 !

J’ai dû aller acheter des mini-terrariums de toute urgence, et j’ai même dû en remettre un certain nombre dans le terrarium original, tellement je n’avais plus d’autres places où les mettre !

 

Larves de scarabee rhinoceros japonais - 2

 

Comme vous pouvez le voir, elles sont de tailles différentes (car elles naissent au fur et à mesure et pas en même temps), il y avait même quelques œufs non éclos (et qui n’écloront pas).

 

Larves de scarabee rhinoceros japonais - 1

Elles sont mignonnes, hein ?

 

Au moment où je tape ces lignes, j’ai sept terrariums et containers de tailles différentes (du plus gros – celui du mâle scarabée – au plus petit faisant à peine deux litres) contenant un nombre indéterminé de larves (entre 15 et 20 probablement).

Comme j’ai promis à ma coach de ne pas les relâcher dans la nature (nous n’avons pas parlé d’euthanasie, mais je crains qu’elle ne soit pas d’accord non plus), elle m’a promis de m’aider à trouver des gens pour les “adopter” (c’est apparemment pas trop difficile à trouver du côté de chez nous). Mais il va être temps de le faire, c’est que ça mange ces bestioles (de la terre spéciale composée essentiellement de résidus de bois), et dans les boîtes contenant plusieurs larves, la nourriture ne va pas tarder à se raréfier.

Demain, il va falloir remettre les doigts dans la terre, recenser le nombre exact de larves, et les réorganiser dans leurs boîtes en vue d’un déménagement loin de chez moi…

Dans quoi je me suis embarqué exactement avec ces bestioles ?

Et moi qui croyait que ça ferait un animal familier original, qui ne demande pas trop d’attention ni de maintenance. Dans le futur, je me dis que si je continue à en avoir, il vaut presque mieux les racheter chaque année et éviter qu’ils se reproduisent (ou alors se faire un ami pêcheur à la ligne, les larves font apparemment de très bons appâts).

The following two tabs change content below.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

2 Responses

  1. Scarhino says:

    Salut, j’habite en Haute-Savoie et je peine comme un diable pour trouver ces fameux kabutomushis afin d’en élever. Et dans le coin, difficile de trouver ces petits animaux venus du lointain pays du soleil levant. Du coup si tu en as un couple en trop, je serais ravi de l’adopter ! Est-ce que tu as toujours ton élevage ? (Je vois que l’article date de 2014…)

    • Gator says:

      Tu auras bien du mal à en trouver en Haute-Savoie, on n’en trouve qu’au Japon (et je crois qu’il existe des espèces similaires à Taïwan). Il est d’ailleurs interdit de les importer ou les exporter. Et en règle générale, c’est toujours une mauvaise idée que d’avoir des animaux “exotiques” c’est comme cela que l’on détruit des écosystèmes (pourquoi trouve-t-on de plus en plus difficilement de cistudes en Europe ? Parce qu’elles ont été décimées par l’importation de tortues de Floride, bien plus agressives, dans les années 70-80)

      Il existe par contre des scarabées rhinocéros en France (qui portent d’ailleurs bien mieux leur nom, leur corne ressemble vraiment à celle d’un rhinocéros) et on peut les élever de manière assez similaire, même si c’est une pratique assez rare.

      Sinon en ce moment, je n’ai pas d’élevage. De toutes mes larves d’il y a deux ans, je n’en avais gardé que quatre. La seule femelle que j’avais (échangée avec quelqu’un d’autre en fait, pour éviter la consanguinité) est morte après avoir pondu un seul œuf qui n’a pas éclos.

      Je m’en étais procuré d’autres ce printemps, mais là aussi, la femelle est morte très rapidement. De toutes façons je fais une pause pendant un moment, je vais certainement déménager entre maintenant et l’été prochain, je m’y remettrai dans ma nouvelle demeure.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *