Pourquoi les résultats des élections américaines prennent-ils autant de temps ?

Salut, c’est moi Oncle Gator. Je suis de retour après plusieurs mois d’absence. Je sais, je suis aussi surpris que vous. C’est que pendant que vous avez passé les derniers mois confinés à vous emmerder chez vous après avoir épuisé le catalogue de Netflix, moi, j’ai bossé… Genre 10 fois plus que d’habitude. J’ai limite frôlé le karoshi.

Mais bon ça se calme un peu ces temps-ci, et je refais un peu surface. (Sinon, ça si vous intéresse, je suis quand même actif sur Twitter, hein)

Au moment où je tape ces lignes, il semble clair que trois jours après le jour des élections américaines Joe Biden est élu président des États Unis d’Amérique.

« Trois jours après »…. « Semble »… « C’est même pas officiel »…

“Mais pourquoi est-ce que ça prend si longtemps ?”

Entend-je aux quatre coins de l’internet de la part de mes compatriotes habitués à avoir les résultats de leurs élections le dimanche à 20h00 pétantes, voire même avant, en douce, sur les sites internets belges.

Eh bien je vais essayer de vous expliquer.

Commençons effectivement par la France, où nous avons toujours les résultats à exactement 20h00.

Oui… Sauf que non. Ces résultats à 20h00 ne sont jamais officiels. Il ne s’agit toujours que d’estimations. Estimations basées essentiellement sur deux choses.

Tout d’abord, les bureaux de vote dans la plupart du pays ferment à 18h00. Ça laisse deux heures aux dépouilleurs pour dépouiller. Et je ne sais pas chez vous, mais dans ma ville natale les bureaux de vote sont nombreux, les dépouillements se font assez rapidement. Mais dans les grandes villes ça prend plus de temps, surtout quand les bureaux ferment à 20h00.
Sauf que ces résultats partiels sont accompagnées de sondages aux sorties des urnes. Et si les sondages du genre “pour qui allez-vous voter ?” ne sont pas toujours fiables, essentiellement parce que les gens mentent ou changent d’avis, les questions du type “pour qui avez-vous voté ?” le sont beaucoup pus. Les gens ont moins de raison de mentir (on regrette rarement son vote quelques minutes à peine après avoir mis son bulletin dans l’urne, ça vient plus tard), et ils ne peuvent plus changer d’avis.

Les deux décomptes permettent en général d’avoir une idée précise à 20h00 du résultat d’une élection comme l’élection présidentielle. D’ailleurs remarquez que quand nous avons des élections locales, même si l’hyper-centralisme de la France transforme tout scrutin en débat national, même et surtout quand il ne le devrait pas, les résultats prennent parfois plus de temps à arriver. Tout simplement parce qu’une élection nationale est souvent moins serrée qu’une élection locale.

Et c’est là que se trouve le début de l’explication de la lenteur des résultats américains. L’élection présidentielle américaine est une élection locale.

Ah oui, tiens, comment elle marche cette élection présidentielle aux États Unis, en fait ?

Comme j’espère vous le savez déjà depuis le temps (et au moins depuis 2000, sinon depuis 2016), l’élection présidentielle américaine ne se fait pas au suffrage universel direct, mais au suffrage universel indirect. Ce sont vraiment les grand électeurs qui votent vraiment pour le président, pas les gens. Et cette élection, qui n’est bien souvent qu’une formalité, se déroule en décembre.

Cette élection n’est bien souvent qu’une formalité parce que c’est le vote de début novembre qui détermine qui va choisir ces électeurs dans chaque état. Chaque état dispose d’un nombre prédéterminé d’électeurs. C’est le total du nombre de sénateurs (2 par état) et de représentants (députés en France) dont un état dispose. Je passe aujourd’hui sur le pourquoi de la chose, je vous explique seulement le comment.

Dans 48 états, c’est la règle du “winner takes all”. Cela veut dire que la marge de victoire d’un candidat dans un état n’a aucune importance. S’il gagne l’état, il gagne tous les électeurs de l’état. Qu’un candidat gagne avec une voix d’avance ou plusieurs millions ne changera rien, il pourra choisir l’identité de la totalité des électeurs de cet état.
Le Maine et le Nebraska sont les seules exceptions : deux électeurs par état iront au gagnant de l’état mais les autres (deux dans le Maine, trois dans le Nebraska) seront attribués au vainqueur de chaque district de l’état.

Et comme vous le savez certainement, il faut 270 électeurs pour gagner les élections.

Dans certains états (à faible population, ou a tendance politique marquée) savoir qui va gagner un état est facile est rapide. Et le vainqueur de l’état peut être annoncé très rapidement, dès que les bureaux de vote sont fermés, avant même d’avoir fait le décompte officiel. Un peu comme en France quoi.

Toutefois notez que ces annonces n’ont rien d’officielles, c’est de l’ordre du “on en est sûrs, donc on peut le dire.” Mais l’annonce officielle est toujours faite que plusieurs jours plus tard, par le Secrétaire d’État de l’état en question, et une fois que le décompte réel est terminé. Et il prend plusieurs jours à peu près partout, juste, le public et les médias ne s’en préoccupent plus , une fois la victoire décidée.

Si on est sûrs des résultats d’assez d’états pour qu’un candidat atteigne les 270 grands électeurs, la messe est dite, le perdant concède la défaite, le vainqueur est très content et la phase de transition peut commencer.

Ce n’est pas toujours le cas, parfois les résultats d’un état sont trop serrés pour annoncer un vainqueur avec un décompte incomplet. Et donc il faut compter assez de votes jusqu’à qu’il devienne mathématiquement impossible pour un candidat de perdre.

Mais, je répète, la totalité des votes sont comptés dans tous les états. Par exemple, au moment où je tape ces lignes, seulement 66% des votes de Californie ont été comptés, pourtant la victoire de Biden dans cet état a été annoncée à l’instant de la fermeture des bureaux de vote, parce que rien n’a jamais laissé entrevoir une possible victoire de Trump dans l’état, et aucun des résultats partiels n’est allé dans ce sens.

Comparez par exemple avec le Texas. La victoire républicaine n’est en général qu’une formalité dans cet état, et la victoire du candidat républicain est habituellement déclarée instantanément elle aussi. Mais pas cette année. Cette année il y a eu un doute pendant un moment, et la victoire de Trump au Texas n’a été déclarée qu’au bout de plusieurs heures.

En effet, cette année, en plus de changements démographiques dans certains états, il y a un nouveau facteur qui entre en jeu :

Le Covid-19 s’invite aux élections

Comme vous le savez, cette année n’est pas une année normale. Et je ne parle pas du fait que le président sortant est un fasciste entre autres choses peu ragoûtante. Je parle bien entendu de l’épidémie de Covid-19 qui frappe le pays de plein fouet. À cause de celle-ci, la majorité des Américains ayant un peu de bon sens ont décidé de voter par correspondance. Car voyez-vous c’est possible aux États Unis (pourquoi ça ne l’est pas en France, je ne sais pas, c’est dommage, il y aurait moins d’abstention, mais c’est un autre sujet).

Dans un certain nombre d’états (vous aurez compris depuis un moment que chaque état organise les élections plus ou moins à sa façon – en suivant les mêmes règles de base, mais avec des particularités dans chaque état – pas d’organisation nationale de la chose) cela n’a pas vraiment eu d’influence sur la chronologie de l’annonce des résultats. Essentiellement parce que les votes sont comptés au fur et à mesure de leur réception, ou tous en même temps, mais avant le jour de l’élection, etc.

Mais dans d’autres états… au hasard la Pennsylvanie… certains gouvernements locaux (tous Républicains, certainement une coïncidence) ont refusé de compter ces votes à l’avance. Et ce malgré le fait que cette année, parce que le Covid-19, il y a des états où plus de gens ont voté par correspondance qu’en personne !

Et donc si on commence à compter les votes plus tard, ça va prendre plus de temps. Surtout que compter un vote par correspondance prend plus de temps (il faut vérifier les signatures et autres éléments permettant d’indiquer que le bulletin appartient bien à la bonne personne et ce genre de choses).

Oh et détail important, l’acte même du dépouillement est très différent aux US et en France.

En France, on ouvre l’enveloppe, on regarde si le petit bulletin qui est dedans est conforme aux règles, on lit le nom dessus, et hop, un vote de plus pour cette personne. On passe au suivant.

Au US, on vote en même temps, sur le même bulletin, pour le président, mais aussi pour élire son député, parfois son sénateur, son gouverneur, son shérif, parfois un juge, le maire, et toute une série de référendums. De manière générale, on vote pour plus de choses aux US qu’en France, et surtout on vote pour tout en même temps.
Donc dépouiller un vote peut prendre pas mal de temps, car il faut en fait décompter un grand nombre de votes pour des choses différentes, tout en vérifiant qu’il n’y a pas d’irrégularités pour chaque vote contenu sur la même feuille de papier.

Et c’est aussi cela qui donne des résultats partiels fluctuants. Surtout cette année, où il est clair que les gens ayant un peu de bon sens ont voté en masse par correspondance ou, tout simplement en avance (ce qui est aussi possible dans certains états), alors que les autres ont voté le jour même par inconscience ou bêtise (je parle de ceux qui avaient le choix, parfois on ne l’a pas).
Ce qui donne ce que l’on a vu dans le Wisconsin, Michigan, Pennsylvanie ou Géorgie. Les premières estimations voient Trump en tête (essentiellement les votes en personne du jour), et Biden le dépasse rapidement au fur et à mesure que les autres votes (par correspondance ou en avance) sont comptés.

En Arizona c’est plus flou parce que le vote par correspondance est chose habituelle et utilisé par les électeurs des deux partis.

Dans le Nevada, si j’ai bien saisi, ils ne sont pas habitués aux élections serrées, et ils n’ont pas les moyens humains (parce que ça coûte de l’argent et le Nevada n’aime pas les impôts ?) un nombre de votes bien plus important que d’habitude.

Car oui, n’oublions pas que l’abstention cette année est la plus faible depuis près de 100 ans.

Une dernière chose

En fait au moment où je tape ces lignes, la messe est dite. Biden a gagné l’élection.
Toutefois aucun des grand médias nationaux ne l’annonce directement. Aucun ne déclare sa victoire.
Et de plus en plus de gens se demandent pourquoi.

Je n’ai pas la réponse, mais je soupçonne deux choses :
Les résultats n’étant pas encore totalement irréfutables personne n’ose être le premier à potentiellement dire une grosse connerie qui pourrait avoir un drôle d’impact à cause de la situation particulière dans laquelle nous nous trouvons (un président sortant ayant perdu la raison, refusant d’admettre la défaite et prêt à pousser les franges terroristes de ses supporters à attaquer le processus démocratique). Trump veut lancer des procès sans fondements, les médias n’ont pas envie de dire une connerie qui donnerait un fondement aux  avocats de Trump.
De plus, j’ai comme l’impression que les grand médias se sont mis d’accord pour attendre que ce soit FOX News qui l’annonce. Pour des raisons liées à la nature du président sortant. Mais ceci n’est qu’une préssupposition de ma part. Mais il est intéressant de voir la réaction des annonceurs de chez FOX en ce moment, et leurs mines déconfites.

 

tl;dr

Donc voila en gros…

Compter tous les votes prend du temps parce que :

  • L’estimation du pourcentage total des votes n’a pas d’importance pour déterminer le gagnant (c’est celui-ci qui permet des résultats rapides en France).
  • Certains états sont très serrés, on ne peut pas estimer un gagnant à l’avance et le nombre de Grands Électeurs attribués dépend de l’identité du gagnant, pas du pourcentage de votes.
  • Les bulletins de vote comportent tout un tas d’élections, pas juste un nom sur un bout de papier comme en France.
  • Cette année, le Covid complique les choses en augmentant considérablement le nombre de votes par correspondance qui prennent plus de temps à être dépouillés pour diverses raisons techniques et légales.
  • L’absention est faible, donc bien plus de votes à décompter pour autant de moyens humains.

J’ai du oublier deux ou trois détails, mais voila l’explication en gros.

 

Maintenant vous savez presque tout, et si je puis me permettre un avis personnel, tout cela serait bien plus rapide si les États Unis n’étaient pas gangrénés au point que 70 millions d’électeurs veulent d’un fasciste, raciste, gros porc, stupide et fou comme président.

 

La carte électorale au 6 novembre au soir (heures américaines)

 

 

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

Commentez :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.