L’odeur des esprits adolescents

 

Hier soir, je suis allé faire un tour sur la promenade du bord de mer de la ville. Il s’agit d’une de mes activités préférées. Il s’agit même de la première chose que j’ai faite dans cette ville quand j’y suis venu pour la première fois, bien avant de m’y installer. Il n’y a que peu de choses plus reposantes, relaxantes et agréables à faire ici, lors des soirs d’été.

Pourtant, étrangement, les locaux n’en sont pas si friands que ça si on considère que nous étions samedi soir et que je n’y ai croisé qu’une grosse dizaine de personnes. Quoique moi même, malgré mon amour pour ce lieu, je ne m’y étais pas rendu en soirée sans aucun autre but que de m’y promener depuis environ un an. Je blâme une succession de concours de circonstances et de remises à la prochaine fois qui se multiplient un peu trop.

Alors que je m’apprêtais à me diriger vers le chemin du retour, je vis deux jeunes en train de jouer de la guitare. Avoir vingt ans, voire un peu plus, et se rendre dans un coin calme en bord de mer pour y jouer de la guitare, cela n’a rien d’exceptionnel. Tout le monde ou presque l’a fait un jour quand l’occasion s’est présentée, moi le premier.

Mais voila, je n’ai plus vingt ans.

En passant près d’eux, je les ai regardé jouer et ils m’ont soudain fasciné. Je les ai enviés. Je les ai aimés pour leur jeunesse, leur insouciance, pour ce qu’ils représentaient. C’est-à-dire moi-même à leur âge. Même si j’ai grandi à l’autre bout du monde, je soupçonne ne pas avoir été très différent d’eux juste avant que ma vie ne prenne ce tournant plutôt inattendu et unique.

J’ai soudain aussi compris une chose. J’ai compris ce que ressentaient les mecs de quarante voire cinquante ans qu’il nous arrivait de rencontrer parfois quand mes potes et moi avions 20 ans. Souvent sur des bords de mer en été la nuit, parfois à des concerts, dans des bars. Nous les fascinions. Ils essayaient de sympathiser avec nous, avec plus ou moins de succès selon leur degré de gaucherie. Souvent, alors même que nous jurions souvent de toujours “rester jeunes dans notre tête”,  nous trouvions en même temps qu’ils avaient passé l’âge de “jouer aux jeunes” et nous sentions un peu gênés pour eux de se ridiculiser ainsi.

Mais ce soir, tous ces mecs, je les comprends. Ce qu’ils ressentaient, c’était tout bêtement de la nostalgie. Et ils ne savaient pas comment y faire face.

La nostalgie, ce sentiment souvent entrevu dans mes lectures, mes rencontres, mais jamais vraiment ressenti jusqu’à relativement récemment.

Et ce soir, devant ces deux jeunes et leur guitare, il m’a frappé de plein fouet. Moi aussi j’ai été à deux doigts de vouloir me joindre à eux, mais je n’aurais fait que les gêner.

Je me suis contenté d’un signe de tête, ce qui n’est pas rien dans ce pays où les inconnus s’ignorent complètement la plupart du temps. Il me fut rendu avec le sourire. J’ai continué mon chemin.

J’eu soudain la drôle d’impression que le son provenant de la guitare était un peu plus fort, comme s’ils voulaient me faire profiter de quelques accords de plus avant que je ne sois trop éloigné. Toutefois je doutais de la réalité d’une telle chose, en tout cas jusqu’à ce que j’entende ces notes inoubliables pour quiconque a eu 20 ans au début des années 90.

J’étais alors à plus d’une dizaine de mètres d’eux. Je me suis retourné. Exactement ce qu’ils attendaient.

Un bras tendu vers le ciel, un signe de la main, un pouce vers le haut.

Je pense qu’on s’est compris pendant ces quelques secondes.

Je n’ai plus vingt ans.

Mais mes 20 ans seront toujours quelque part auprès de moi.

 

Smells Like Teen Spirit

 

 

 

The following two tabs change content below.

Bond

Assassin d'élite, agent très spécial et aventurier globe-trotter à la retraite. Aujourd'hui, prof et père de famille sur une île lointaine.

Bond

Assassin d'élite, agent très spécial et aventurier globe-trotter à la retraite. Aujourd'hui, prof et père de famille sur une île lointaine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *