Le métro : horreur et poésie

Aujourd’hui : le métro sous-terre de contrastes.

Le moche :

La semaine dernière dans la jungle du métro parisien, deux lionnes se bagarrent une place sur un strapontin. En arrivant en gare, deux dames d’un certain âge, ayant une allure BCBG similaire et étant jumelle de  coloration de cheveux entrent dans  la rame en même temps. Les deux ont aperçu un strapontin vide. Les deux pénètrent dans le wagon en ayant pour cible le pauvre siège isolé. La mise au point de leurs rétines est concentré sur le fauteuil, elles font mine de ne regarder nulle part ailleurs. Le drame arrive lorsque leurs deux popotins souhaitent simultanément prendre place. S’en suit une succession  superposée de “mais ne vous gênez pas !” ” Mais ne vous gênez pas” “humpf” “humpf”…  Tellement pathétique que ça en devenait drôle.

Le beau :

Il y a quelques minutes, une dame, une touriste japonaise, est assise dans un carré. Face à elle, une mère de famille est assise avec ses quatre enfants (sur deux sièges, c’est du sport mais elle le fait !). Des sourires sont échangés. Telle Mary Poppins, la dame sort de son sac des grues multicolores en origami et les distribue aux enfants émerveillés. Succès garanti sans un seul mot échangé.

The following two tabs change content below.

Latest posts by Fyly (see all)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *