À quoi sert Twitter ?

 

Il y a peu, un ami dont nous tairons le nom me tint à peu près ce langage : “Je n’ai pas de compte Twitter, je n’en veux pas, je n’en ai pas besoin”.

Un autre ami, un autre jour, me sortit de derrière les fagots une blague de xkcd qui disait en gros :
“- Sais-tu que (insérer ici un concept assez important et complexe) ?
– Non ?! Mais pourquoi n’en entend-on pas parler sur le web ?
– Parce que ça prend plus de 140 caractères pour l’expliquer.”

À noter que ces deux amis, pourtant, peuvent plus ou moins être mis dans la catégorie geeks.
Bref, quand je lis ce genre de réactions venant de ce genre de personnes (des gens bien sous tous rapports, et pas complètement illettrées quand il est question d’internet) je me dis qu’il y a encore du chemin à faire en matière d’éducation sur Twitter et qu’il n’est pas encore l’outil grand public que certains pensent qu’il est devenu.

Et donc, je me suis dit que ce ne serait peut-être pas totalement une mauvaise idée que de vous parler plus en détails de Twitter. En commençant par les bases :

 

Twitter c’est quoi et comment ça marche ?

Twitter est souvent défini comme une plateforme de micro-blogging, et même si ce n’est pas totalement faux, se limiter à cette fonction, ce serait un peu comme dire qu’internet ça sert à écrire des e-mails. Pas faux, mais un peu restrictif.

Mais commençons par le commencement, c’est-à-dire comme ça marche Twitter.

Au tout début, comme dans un bon paquet de sites de nos jours, on crée un profil, avec en premier lieu un identifiant qui sera très important puisqu’il deviendra le nom ou pseudonyme par lequel on sera connu. Il s’agit du fameux @identifiant que vous avez déjà dû voir ici ou là. On ajoutera aussi un nom (votre vrai nom, ou n’importe quoi d’autre) qui servira éventuellement à vous identifier un peu plus clairement, ainsi qu’une photo, un logo, un dessin, c’est vous qui choisissez. Vous pouvez aussi changer les couleurs et l’arrière-plan de votre page, si vous le souhaitez, bien que cela ne soit pas d’une importance cruciale.
Vous avez aussi le choix de mettre votre compte public ou privé ; mais sérieusement, sur Twitter, à part pour de rares exceptions, c’est un peu ridicule de mettre un compte en privé (et n’espérez pas avoir beaucoup de followers si vous le faites). Twitter, c’est quand même un lieu dédié à la parole publique, si vous avez quelque chose à dire ou à partager de manière privée, il y a d’autres outils pour ça (l’e-mail, Facebook et d’autres).

Une fois que vous avez fini de créer votre compte, vous allez commencer à suivre des gens, des institutions, des sites, bref, des utilisateurs.

 

Qui suivre sur Twitter ?

À la création de votre compte, un certain nombre de comptes à suivre vous seront suggérés, qu’il s’agisse de sites connus, de célébrités et autres comptes dans ce genre. Libre à vous de le faire ou non. Bien entendu, vous avez aussi la possibilité de rechercher vos connaissances et amis déjà présents sur Twitter.
Ceci étant dit, une liste de personnes suivies se construit sur la durée. Au début, vous ne serez suivi de personne ou presque, donc il est déconseillé de vous mettre à suivre des centaines de personnes dès le début. Ce genre de profil est en général considéré comme un profil douteux (de spammeur très probablement).

Au fil du temps, vous suivrez de plus en plus de comptes : les comptes des sites et blogs que vous lisez régulièrement, les comptes de gens qui se sont mis à vous suivre et qui vous semblent intéressants, les comptes de gens que vous aurez vus mentionnés ici ou là et qui vous intéressent eux aussi, etc.

Oui, mais Twitter, à quoi ça sert ?

Ah, la question à 1000 francs ! (ou plutôt à 153 €)
Mais avant d’y répondre, je vais répondre à ceux qui disent “Twitter ça sert à rien !” En général, ce sont les mêmes qui disaient “Facebook ça sert à rien” il y a quatre ans et qui aujourd’hui ne peuvent plus s’en passer.

Ma réponse : Twitter, Facebook et tous les autres réseaux sociaux ou presque, ça a l’utilité que vous leur donnez. C’est peut-être pour cela que ces outils rebutent pas mal certaines personnes (ceux manquant d’imagination ?) et en passionnent d’autres (les plus créatifs ?).

Personnellement, ce que je trouve fascinant avec les réseaux sociaux, c’est l’évolution de leur utilité en fonction des usages de chacun et allant parfois bien au-delà de ce que leurs inventeurs avaient imaginé.

En d’autres termes, ne vous limitez pas à ce que moi ou une autre personne vous dira, si vous découvrez une nouvelle utilité à la chose, bravo, faites-en usage. Qui sait, ça pourrait même faire trainée de poudre.

Et donc, Twitter, ça sert à quoi ?

La liste que je vais vous faire ici est bien évidemment non-exhaustive et fortement influencée par ma propre utilisation de la chose.
D’ailleurs, je pense que maintenant est le bon moment pour vous annoncer que je ne suis pas du tout un accro de Twitter, je ne suis pas non plus un power user et je pense que je pourrais assez facilement m’en passer s’il venait à disparaître demain (il me manquerait mais je pourrai vivre sans).

Et donc ces usages sont :

1. Le micro-blogging. Oui, il y a des gens qui s’en servent encore pour raconter des choses intéressantes, amusantes, informatives en 140 caractères ou moins. Mais il faut bien reconnaitre qu’ils sont bien peu nombreux. Ou plutôt qu’ils sont bien peu nombreux à être intéressants ou amusants, car il faut bien avouer qu’on s’en fiche si vous êtes en train d’aller chercher du pain, ou si le mec dans le bus à côté de vous est vraiment lourd. Et à la réflexion, ce genre de tweet n’est pas si rare que ça malheureusement. Mais ici ou là, on peut trouver de véritables joyaux, des pros de l’aphorisme ou de la blague qui tue en 140 caractères. Si je ne dois vous donner qu’un seul exemple, il s’appelle Tyson Apostol.

2. Les dépêches d’infos. C’est peut-être mon utilisation favorite de Twitter. Je suis des tas de services de presse, journaux et autres journalistes, et c’est ainsi que je suis en général informé en temps réel de tout ce qu’il se passe sur cette pauvre Terre, les dépêches tombant directement dans le téléscripteur des temps modernes que Twitter est. J’exagère ? À peine. Je risque la surdose d’information ? Si j’avais le nez constamment dessus peut-être, mais bon il faut savoir s’en détacher.
À ce propos, une des forces de Twitter, c’est justement que l’info peut venir de n’importe où, pas forcément des organes de presse officiels, c’est ainsi qu’il est souvent question de la prépondérance de Twitter dans certains évènements. Un tweet peut être retweeté à l’infini et se répandre donc très très vite. Il n’y a pas mieux pour suivre certains évènements en direct quand c’est nécessaire.
Ce qui nous emmène à l’utilité suivante de Twitter.

3. La veille. Si vous voulez savoir ce qu’il se dit en temps réel sur un sujet donné, n’importe lequel, c’est possible. Vous faites une recherche avec le sujet en question et les tweets à son propos les concernant apparaîtront dans votre feed. Et si vous voulez être sûr que votre tweet sur un sujet donné soit lu par les gens que ça intéressent (ou du moins ceux qui font de la veille sur le sujet), c’est là qu’intervient le hashtag, un symbole # placé devant le mot-clé, comme ça par exemple : #swamp (avec ce hashtag, je suis sûr d’être vu par les gens qui suivent tout ce qu’il se passe ayant trait à ce blog sur Twitter 😉 )

4. La discussion. Sur Twitter, on peut tout simplement discuter avec une ou plusieurs personnes, il suffit de mettre @identifiant-de-votre-interlocuteur en début de tweet et la personne concernée saura que c’est pour elle. Ça sert aussi quand on veut attirer l’attention d’une personne en particulier. Maintenant, je ne suis pas trop fan de grosses conversations sur Twitter. 140 caractères ça limite pas mal, et au milieu d’autres tweets, on peut rapidement perdre le fil.

5. Le networking. Twitter c’est aussi très pratique pour ça. Si vous avez un blog ou un site et que vous souhaitez étendre votre réseau de lecteurs, ou tout simplement apprendre à mieux les connaitre, Twitter est l’outil idéal. Certes, The Swamp n’a pas encore de compte Twitter officiel (La Direction n’a toujours pas trouvé de personne pour s’en occuper à plein temps), en attendant, c’est moi qui fait office de community manager officieux. Vous pouvez me suivre @dxgator. Pas mal de blogueurs utilisent Twitter pour communiquer avec leurs lecteurs (qui sont bien souvent eux-mêmes blogueurs). Twitter joue donc un rôle non négligeable pour la promotion des blogs (certains posts étant retweetés par ceux qui suivent le compte du blog, le blogueur faisant habituellement de même avec les blogs de ses followers) et ainsi se crée au fil du temps un véritable réseau de lecteurs, blogueurs et tout simplement connaissances.

6. Le partage de liens. Voyez-vous sur Twitter, comme sur tous les réseaux sociaux ou presque, on peut partager des liens vers ce que l’on veut avec les personnes qui vous suivent, ce qui permet – entre autres – de faire circuler des choses faisant plus de 140 caractères (pour répondre à l’un de mes deux amis au-dessus). On peut même associer ces liens avec des hashtags ou les adresser à une ou plusieurs personnes en particulier avec @identifiant-de-la-personne. Le potentiel viral de la chose a été prouvé maintes fois.

7. Le spam. Il me faut bien parler d’un des “problèmes” de Twitter. Puisqu’on peut partager des liens, les spammeurs adorent Twitter. Mais heureusement, il est assez facile de s’en prévenir. Tout d’abord ne suivez pas systématiquement toute personne vous suivant, il y a aura très certainement des spammeurs parmi eux. Si vous ne les suivez pas, ils pourront spammer autant qu’ils le souhaiteront, vous ne verrez pas un seul de leur message. Mais certains spammeurs vont essayer d’attirer votre attention, avec un message de type @votre-identifiant et puis un lien. Une règle d’or dans ce cas-là, c’est que quand vous recevez un lien d’une personne que vous ne connaissez pas, allez voir son profil avant de cliquer sur ce lien. Si la personne ne suit personne, ou n’a aucune personne qui la suit, et si la totalité ou presque de ses messages sont des @identifiant et un lien, c’est un spammeur. N’hésitez pas à la bloquer et à le reporter. Surtout ne cliquez pas sur le lien, ce sera très probablement un site XXX, mais avec un peu de malchance ça pourrait être un virus.

Bon, je n’ai pas parlé de tout (je sais, j’ai laissé de côté les listes – vous pouvez grouper les personnes que vous suivez en listes pour filtrer votre flux si nécessaire), mais ce post commence à se faire long et il me reste encore un élément important à mentionner.

À ce moment de la lecture, vous êtes certainement en train de vous dire : “certes, c’est bien intéressant tout ça, mais je vais pas passer ma vie sur Twitter.com non plus, pour le temps réel et ce genre de choses, il faudrait que j’ai le nez collé dessus dès que je suis installé devant mon écran”.

Devinez quoi ? C’est ce que je me disais aussi dans le temps, à l’époque où j’avais encore un peu de mal à utiliser Twitter.
Aujourd’hui, je ne vais pratiquement jamais sur Twitter.com ! Seulement quand je veux consulter le profil de quelqu’un ou la liste des gens qui me suivent.

Mais alors, comment je fais pour utiliser Twitter ?

Avec un autre logiciel !
Voyez-vous, il existe plusieurs outils vous permettant d’utiliser Twitter sans jamais vous rendre sur Twitter.com.

J’en connais trois (il y en a certainement d’autres) : Tweetdeck, Hootsuite et Seesmic.
Seesmic, je l’ai jamais utilisé, parce que le PDG de la boîte s’appelle Loïc Le Meur et là je crois que tout est dit.
Hootsuite est pas mal, beaucoup de gens ne jurent que par lui, mais ce qui me gêne c’est qu’il fonctionne dans une fenêtre de navigateur.
– Reste Tweeteck, qui a reçu mes faveurs parce qu’on peut le faire fonctionner dans une fenêtre de navigateur, mais surtout en tant que logiciel, indépendamment de votre navigateur qui peut donc même être fermé. Avec Tweedeck, je reçois des notifications dans le coin d’écran de mon choix, donc je peux lire les tweets arrivant pendant que je fais autre chose (tiens, là, à l’instant, Damon Lindelof vient de poster quelque chose sur le nouveau film de Batman) et si je vais dans Tweetdeck, j’ai tout un tas de colonnes que j’ai paramétrées : deux par compte Twitter que je possède, une pour les messages des gens que je suis et une pour les messages qui me sont adressés. Puis j’ai une colonne pour mon profil Facebook, et donc mon flux de Facebook apparait là aussi (vous pouvez aussi y mettre vos flux Linkedin et FourSquare). Puis de temps à autres, je crée une colonne temporaire pour une veille particulière.

Voilà, j’espère maintenant que vous comprenez mieux à quoi sert Twitter et que vous y trouverez une utilité.
Si vous avez des questions, des ajouts ou n’importe quel autre commentaire, vous savez où ça se passe (juste en dessous).
Et bien évidemment n’hésitez pas à me suivre @dxgator et à partager cet article (et les autres) sur Twitter.

The following two tabs change content below.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *