The Bad Batch – Premières Impressions

J’ai regardé les premiers épisodes de Bad Batch, la toute dernière série télé animée de Star Wars disponible sur Disney+ et… j’ai bien aimé.

Il y est question d’une équipe de clones « défectueux » de l’époque de la guerre des clones et de leurs aventures, qui commencent juste à la fin de ladite guerre des clones et aux débuts de l’Empire Galactique.

J’ai mis « défectueux » entre guillemets parce que, bien que différents des clones ordinaires, ils sont tout à fait fonctionnels, même plus que les clones ordinaires dans une certaine mesure. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’ils ont des superpouvoirs, mais ça en est assez proche. L’un est beaucoup plus fort que la moyenne, un autre est beaucoup plus intelligent, et ainsi de suite. Ce qui les rend « défectueux », c’est leur programmation, et cela leur donne une certaine personnalité et surtout beaucoup plus de libre arbitre que les clones ordinaires, surtout en ce qui concerne obéir aveuglément aux ordres. De ce fait, ils sont immunisés contre l’Ordre 66 (vous savez, l’ordre qui a été intégré au conditionnement de presque tous les clones et qui, une fois activé, les force à tuer les Jedi à vue et sans réfléchir).

Donc oui, ils sont un groupe de « clones parias » et ils sont sur le point de vivre un tas d’aventures dans une ère intéressante et inexplorée de l’univers Star Wars : les premiers jours de l’Empire.

Voici une liste de pensées sans aucun ordre particulier à propos de ces premiers épisodes.

Tout d’abord, Dave Filoni est le showrunner. Et je suppose que cela a son importance. Beaucoup disent qu’il est le porte-flambeau de la vision de Lucas à propos de Star Wars depuis 2005, et oui, je suppose qu’il est quelque chose comme ça. Ce qui est sûr, c’est qu’il est un bon scénariste et qu’il connaît son sujet. Il a un talent certain et rare pour vous intéresser à ses personnages, pour les faire vivre dans cet univers.
Je l’ai découvert avec Rebels, et je pense aujourd’hui que l’équipe de Rebels sont mes personnages de Star Wars préférés, à égalité avec les héros de la trilogie originale.

De plus, il connaît l’univers de Star Wars sur le bout des doigts, et il est très doué pour lier ses histoires, par exemple en faisant passer ses personnages d’une série à l’autre sans que cela ne semble jamais forcé (Jon Favreau n’est pas le seul responsable de Mandalorian, il a reçu un coup de main de Filoni pour créer ce récit, et ça se voit).
C’est le cas ici aussi. Toute la série commence comme un épisode de Clone Wars (logo et voix off d’intro compris), avec Caleb Dume en guest-star (que nous connaîtrons plus tard sous le nom de Kanan Jarrus), qui introduit les protagonistes. Mais soudain, l’Ordre 66 est donné, et tout bascule, y compris le ton et l’imagerie. Clone Wars est terminée, Bad Batch démarre.

À ce propos, les protagonistes ne sont pas entièrement nouveaux, ils étaient déjà apparus dans Clone Wars.

Difficile de ne pas comparer les deux séries au premier abord (encore une fois, les premières minutes de Bad Batch sont littéralement un épisode de Clone Wars), mais je trouve cette comparaison très favorable à Bad Batch.

Avertissement : Je ne suis pas vraiment un fan de Clone Wars. En partie parce que je n’aime pas les épisodes 1, 2 et 3 de Star Wars (Clone Wars se déroule entre les épisodes 2 et 3). En partie, parce que j’ai du mal à trouver les clones intéressants, et que j’ai bien peur de n’aimer les Jedi que lorsqu’ils sont des apprentis ne connaissant rien à la vie ou au contraire de vieux ermites à moitié fous (Kanan Jarrus étant l’exception, mais est-il vraiment un Jedi ?). Je les aime beaucoup moins quand ils sont une organisation religieuse, un peu intégriste sur les bords, et qui entre autres choses volent les bébés à leurs familles pour les conditionner aux préceptes de leur secte dès leur plus jeune âge, entre autres choses peu recommandables.
De plus, le tons militariste de Clone Wars n’est pas non plus vraiment mon truc. Je veux dire, il y a quelques bons épisodes, mais dans l’ensemble… Bof…
Oui, je sais, tout le monde me dit que la série s’améliore au fil des saisons, et c’est vrai. C’est le cas. Les saisons 1 et 2 étaient à peine regardables. Les saisons 3 et 4 un peu plus et avaient quelques bons moments. Je suis au milieu de la saison 5, et elle a beaucoup de hauts et de bas quand même (je viens même de sauter des épisodes pour la première fois, une histoire avec des droïds sans trop d’intérêt et avec quelquees personnages insupportables).
Pourquoi est-ce que je continue à la regarder ? Je suppose que c’est le « complétiste » en moi. Mais comprenez que j’ai commencé à la regarder il y a environ quatre ans… et que je n’en suis qu’à la cinquième saison. C’est vous dire à quelle vitesse je la regarde.

 

Quoi qu’il en soit, quand on compare les deux séries, Bad Batch est instantanément meilleur à mon avis, car l’une des principales faiblesses de Clone Wars est que les clones ne sont tout simplement pas des personnages intéressants. Ils sont tous les mêmes, ils ont peu ou pas de personnalité et ils suivent les ordres donnés par les Jedi pour aller mourir en combattant des droïdes de combat, sans jamais réaliser que peut-être, juste peut-être, ils sont les méchants de l’histoire. Oui, je sais, il y a Rex. Mais soyons honnêtes, je ne le trouve intéressant que parce que Rebels. Cody est censé être attachant aussi… Euh… C’est lequel Cody exactement ?

À l’opposé, Bad Batch se concentre uniquement sur cinq (six en réalité) personnages (et quelques personnages secondaires, parmi eux, Tarkin). Et ils sont tous immédiatement reconnaissables, ils ont tous une apparence et une personnalité très distinctes. Bien que pour le moment, ils ne soient exactement pas les personnages les plus originaux, ils constituent une bonne base de départ, et je suis sûr que si la série a le temps de grandir, ils grandiront avec elle de manière plus que satisfaisante (ça c’est la touche Filoni). Alors oui, en trois épisodes, je me sens déjà plus proche de ces clones « défectueux » que je ne me suis jamais senti des clones de Clone Wars en quatre saisons et demi.

 

 

Bon, tout n’est pas parfait, et certains personnages ont besoin d’être peaufinés. Par exemple, Wrecker (la « brute au grand cœur » du groupe) peut parfois être un peu agaçant, surtout sa voix, mais il est quand même loin d’être horripilant. Echo et Tech semblent parfois faire un peu double emploi, mais je suis confiant qu’ils vont se distinguer plus l’un de l’autre avec le temps. Mais malgré ces petits défauts, ils constituent tous une bonne base qui ne pourra que s’améliorer avec le temps.

 

Je voudrais aussi souligner les choses que j’apprécie vraiment dans la série :

Tout d’abord, je me demandais comment ils allaient trouver un antagoniste intéressant. Tarkin n’est pas vraiment un homme de terrain, et des clones, encore des clones, ça va vite être ennuyeux. Et bien sachez qu’une manière des plus originale et intéressante a été trouvée et je l’applaudis bien fort. Je ne veux rien spoiler. Si, juste un petit quelque chose : pour le problèmes des clones étant des personnages limités, à la fois en protagonistes ou en antagonistes, sachez que l’arrivée des stormtroopers humains commence à se profiler, donc avec des personnalités distinctes.

Et puis aussi, il y a « l’enfant sidekick » ! Oui, il y a une enfant qui se retrouve embarquée dans les aventures de ce Bad Batch, mais ne fuyez pas tout de suite, laissez-moi vous expliquer (vous aurez noté que je l’ai incluse dans les choses que j’apprécie). Les « enfants sidekicks » sont insupportables, dans 99% des cas, je crois que nous sommes tous d’accord. Eh bien, tuons le suspense tout de suite, nous sommes ici, dans le 1% restant. Cette jeune jeune fille du nom d’Omega n’est affligée d’aucun des clichés habituels et problématiques dont sont habituellement affligés les « enfants sidekicks » quand il est question de les caractériser. Elle est sympathique et attachante dès le début. Elle sonne « vrai. » (aussi vrai qu’un personnage de Star Wars puisse sonner, hein). Bon, d’accord, elle s’attire des ennuis dès le deuxième épisode, mais cela d’une façon qui fait totalement sens, encore plus si vous êtes vous-mêmes parents. C’est d’ailleurs une des problématiques qui semble se profiler et qui pourrait devenir un des fils rouges de la série. Comment des soldats qui ne connaissent que la guerre, qui ont littéralement été conçus et programmés pour ça, et dont toutes les interactions sociales jusque là tournaient autour de ça, vont-ils apprendre à s’occuper d’une enfant ?

Et vraiment, je pense aussi que la qualifier de sidekick est injuste. Je soupçonne qu’elle pourrait même devenir le personnage principal de la série tôt ou tard. Surtout que même si son « secret » est révélé dès le premier épisode, cela ne veut pas dire qu’elle n’en possède pas d’autres. D’ailleurs, une intrigue secondaire (?) se profile déjà : au-delà de ce Bad Batch (qui ne nous y trompons pas, vont être parmi les premiers rebelles) et de l’Empire, je devine se profiler un troisième acteur dont le rôle reste encore assez flou. Nous verrons.

Et enfin, il y a l’univers. Bien sûr, c’est l’univers de Star Wars, si vous êtes arrivés jusqu’ici dans l’article, je suppose qu’il vous intéresse et que vous le connaissez bien. Cependant, il s’agit ici d’une période que nous pensons connaître, mais que nous ne connaissons pas vraiment en fait. Les premiers jours de l’Empire.
La description de ce changement de régime et de basculement de paradigme dans toute la galaxie est parfaite jusqu’à présent. Comment une démocratie se transforme lentement en dictature ? Comment les clones qui étaient censés protéger le peuple de la République deviennent soudainement la main armée de l’oppresseur ? Comment le peuple réalise (ou pas) que son gouvernement est en train de devenir son oppresseur ? La série commence déjà à poser ces questions.
Star Wars a toujours été une œuvre politique (et gauchiste, n’en déplaise à certains) et les métaphores à propos du monde réel sont à peine voilées, surtout à une époque où même si l’Amérique sort juste du Trumpisme, elle n’est pas encore débarrassée du fascisme essayant de mettre la main sur elle, sans parler de l’Europe où de sombres jours commencent à se profiler un peu partout.

 

Donc, dans l’ensemble, oui, je suis très satisfait de ces premiers épisodes. Et si vous ne détestez pas Star Wars, puis-je vous suggérer de jeter un œil à ce Bad Batch ?

 

 

Source photo : starwars.com

Article originellement publié en anglais sur swamp.media.

 

Commentez :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :