Théine vs Caféine, le Grand Débat… qui fait pschiiit…

 

Après quelques années au vert (je vous raconterai les détails un jour ou pas) je fais mon retour en ligne dans le marécage de mes amis pour vous parler d’un truc qui m’agace (parmi tant d’autres). Il s’agit des mythes contemporains et autre contre-vérités ayant la vie dure.

Aujourd’hui : la théine !

La théine, c’est simple, ça n’existe pas.
Répétez après moi : “La théine, ça n’existe pas“.
Allez encore une fois : “La théine, ça n’existe pas”.
Voila.

N’ayez crainte, loin de moi l’idée que vous me croyiez sur parole, je vais bien sûr vous expliquer le pourquoi du comment de la chose.

Oui, c’est vrai, le thé contient bien un psychoanaleptique qui, comme son nom l’indique, a pour effet de donner un léger coup de fouet à son consommateur, un peu comme peut le faire café.

Drôle de coïncidence, me direz-vous.

Drôle de coïncidence, effectivement, puisque dans les deux cas, il s’agit d’une seule et même drogue : la caféine.

Bon je l’avoue, quelques lignes plus haut je mentais, la théine ça existe, c’est juste de la caféine appelée par un autre nom. Un autre nom qui a poussé un nombre incalculable de personnes mal informées (voire parfois mal intentionnées) à propager l’idée qu’il s’agirait de deux choses différentes.

Pour la petite histoire, la caféine fut découverte en 1819, la théine en 1827, et c’est en 1838 qu’on a compris qu’il ne s’agissait en fait que d’une seule et même substance.

1838 ! Cela fait 173 ans qu’on sait que caféine et théine ne sont qu’une seule et même chose et pourtant il y en a encore qui ne l’ont pas compris. Quand je vous parlais de mythes ayant la vie dure plus haut… Remarque, il y en a bien qui ne comprennent toujours pas ce qu’est l’évolution, alors pourquoi pas…

Et au passage, ce ne sont pas les deux seuls et uniques noms de cet alcaloïde, il en existe pas mal d’autres (guaranine et d’autres), d’ailleurs si on veut l’appeler par son “vrai” nom, il faudra l’appeler 1,3,7-triméthyl-1H-purine-2,6(3H,7H)-dione. Je vous le concède, pas évident à se rappeler. On peut à la limite le simplifier par 1,3,7-triméthylxanthine, méthylthéobromine ou bien méthylthéophylline.

Bref, appelez-la comme vous voulez, la caféine se retrouve dans un certain nombre de plantes : le caféier, le cacaoyer, le théier, la yerba maté, le guarana pour ne citer que les plus connus. Sa formule chimique est C8H10N4O2 et ça ressemble à peu près à ça :

(pour ceux qui n’ont jamais joué au Petit Chimiste dans leur enfance, sachez qu’en gris ce sont les atomes de carbone, en rouge ceux d’oxygène, en bleu ceux d’azote et en blanc, ceux d’hydrogène)

Dans ces plantes, la caféine fait plus ou moins office de pesticide naturel, et comme nous le savons tous, les humains en raffolent pour de toutes autres raisons.

Bien entendu, la teneur en caféine varie énormément d’une plante à l’autre. Voici quelques chiffres à titre indicatif (exprimés en pourcentage de caféine) :

  • Graine d’Arabica 1,1%
  • Graine de Robusta 2,2%
  • Fève de Cacao 0,1 à 0,4%
  • Graine de Guarana 2 à 4,5%
  • Feuille de Thé 2,5 à 5%

Et là, je sais ce que le lecteur se dit :

Ouhla, mais elle est super élevée la teneur en caféine du thé, c’est bizarre ça, le thé c’est moins fort que le café ! C’est n’importe quoi ces chiffres”.

Laissez-moi finir je vous prie, si vous ne m’interrompiez pas de la sorte, vous comprendriez plus vite.

Ça, ce sont les teneurs dans les plantes en elles-même, c’est-à-dire la quantité de caféine que vous absorberiez si vous avaliez la graine, fève ou feuille entière et fraîchement cueillie. Mais à ma connaissance, ce n’est pas ainsi que vous consommez ces plantes. Et n’oubliez pas non plus qu’il s’agit de teneurs exprimées en pourcentages, pas en valeurs absolues.

Voici donc les quantités de caféine (exprimées cette fois-ci en milligrammes) que vous trouverez dans divers produits de consommation :

  • Barre de chocolat noir (43 g) 31 mg
  • Barre de chocolat au lait (43 g) 10 mg
  • Tasse de chocolat chaud (20 cl) 52 mg (environ 250 mg/l)
  • Tasse de café moulu (20 cl) 80 à 135 mg (400 à 675 mg/l)
  • Tasse de café filtre (20 cl) 115 à 175 mg (575 à 875 mg/l)
  • Tasse de déca (20 cl) 5 mg (25 mg/l)
  • Expresso (44 à 60 ml) 100 mg (1660 à 2270 mg/l)
  • Tasse de thé noir (20 cl) 56 mg (280 mg/l)
  • Tasse de thé vert (20cl) 34 mg (170 mg/l)
  • Canette de Coca-Cola (35cl) 34 mg (96 mg/l)
  • Canette de Red Bull (25cl) 80 mg (320 mg/l)

Donc vous voyez, même si le thé contient plus de caféine que le café dans la nature, ce n’est plus le cas dans votre tasse (les deux plantes étant passées par divers procédés entre-temps : torréfaction et ce genre de choses).
Et là, on va me rétorquer :

Oui, mais quand même, l’effet que le thé a sur moi est bien différent de l’effet que peuvent avoir le café, le coca et le reste.”

Certes, mais je ne vous apprendrai rien en vous dévoilant que le café, le thé et le reste, ce n’est pas seulement de l’eau et de la caféine. Il y a un certain nombre d’autres substances ayant elles aussi des effets sur la personne qui les consommera.

Or dans le thé, il y a des tanins, et les tanins ça a – entre autres effet s- celui de ralentir l’assimilation de la caféine dans l’organisme.
Et ce n’est pas tout.
Le thé contient aussi plus de théophylline et de théobromine que le café. Deux substances diurétiques et stimulantes, mais pas uniquement.
La théobromine (C7H8N4O2) que l’on retrouvera aussi dans le chocolat, est certes un stimulant, mais un stimulant doux, qui affecte l’humeur de manière positive. Quant à la théophylline (C7H8N4O2) elle est aussi un bronchodilatateur.

Je m’arrête une seconde car les plus observateurs d’entre vous auront remarqué que ces deux substances ont la même formule chimique. C’est vrai. Mais il s’agit de deux isomères différents. Pour faire simple, une substance chimique quelle qu’elle soit est définie par deux choses : sa formule (le nombre d’atomes par élément dans sa molécule) mais aussi son isomère, c’est à dire la forme qu’a cette molécule, parce que les atomes ne s’assemblent pas forcément de la même manière dès qu’une molécule devient un poil complexe, et cette différence d’assemblage n’est pas seulement cosmétique, c’est elle qui fera de ces deux substances deux produits bien distincts l’un de l’autre et surtout qui leur donnera des propriétés différentes.

Et comme un dessin vaut souvent mieux qu’une longue explication :

Molécule de Théobromine

Molécule de Théophylline

Et c’est donc essentiellement par l’action de ces substances (théobromine, théophylline et tanins) que le thé a des effets légèrement différents du café sur l’être humain. Voila, vous savez tout.

Toutefois, un mystère persiste.

Pourquoi, malgré tout cela, il existe toujours un certain nombre de personnes qui restent convaincues que la théine existe en tant que substance différente de la caféine ?

La réponse qui vient automatiquement à l’esprit c’est que les gens ont souvent cette fâcheuse tendance à mal s’informer, voire pas du tout (certains allant jusqu’à penser que la théine est en fait le théophylline ou la théobromine).
Oui, mais pas uniquement.

Fun Fact: Hulk est un grand buveur de thé vert.

Il y a aussi des facteurs beaucoup plus sociologiques voire psychologiques.

Voyez-vous, il existe dans nos contrées certaines personnes opposant de manière plus ou moins consciente le thé et le café. En effet, dans certains milieux plus ou moins bobos, post-hippies à fâcheuse tendance new age, il existe un certain ressentiment anti-café, qui serait une boisson mauvaise car stressante, énervante, outil idéal de ceux qui veulent travailler plus pour gagner plus sans écouter ni leur corps ni la nature ; l’univers non plus, bien entendu. Et comme les bobos tendance hippie/new age ont eux aussi besoin de leur drogue extra-douce légale, il ne peuvent accepter que la substance excitante du thé (boisson paisible, exotique, emplie de sagesse, douce, féminine, yin) soit exactement la même que celle du café (boisson violente, impérialiste, capitaliste, dure, masculine, yang).

Parfois, c’est juste inconscient et à mettre sur un manque général d’éducation et de curiosité intellectuelle.

Parfois, c’est totalement volontaire, par exemple quand c’est un argument commercial.

Le mot théine devient alors l’un de ces termes fourre-tout et un peu magique ou pseudo-scientifique utilisés dans le but d’attirer un certain type de clientèle (un peu comme dans les pubs pour les yaourts ou la lessive, vous savez, les bifidus actifs et autres bêtises du genre).

Vous aurez d’ailleurs remarqué que d’une point de vue émotionnel et sonore, caféine ça commence par une occlusive forte suivie de suite après par une fricative, le tout donnant une certaine violence au terme de même qu’une tonalité presque déplaisante. Alors que son côté théine, même si ça commence aussi par une occlusive, celle-ci est beaucoup moins agressive et surtout ensuite, tout n’est que douceur et consonances aqueuses.

La tasse de café de trop

Donc oui certains vendeurs (et consommateurs) de thé y tiennent à leur théine qui leur sert à essayer de montrer que leur produit à eux, il est naturel et bénéfique en plus d’être exotique, et que cela fait d’eux des personnes bonnes, protectrices de l’environnement et au bon karma. Contrairement à ces mécréants ignorants qui aiment s’empoisonner au café à longueur de journée et détruire la Terre par la même occasion.

Une prochaine fois, je vous parlerai des conditions de travail des cultivateurs de thé.

The following two tabs change content below.

Bond

Assassin d'élite, agent très spécial et aventurier globe-trotter à la retraite. Aujourd'hui, prof et père de famille sur une île lointaine.

Bond

Assassin d'élite, agent très spécial et aventurier globe-trotter à la retraite. Aujourd'hui, prof et père de famille sur une île lointaine.

4 Responses

  1. Lays says:

    Faut vraiment être demeuré pour croire encore que la “théine” ça existe. Je veux dire, Google, quoi.
    Mais j’ai jamais entendu un vendeur de thé ma parler de théine, ils sont un peu mieux renseignés, et même le bar à thé de mon quartier, aux airs d’apothicaires, tient une table approximative de ses taux de caféine.

    Bon article.
    Et ton paragraphe sur les bobos/écolos/hippies (quoique les catégories arbitraires c’est pas bien) est d’une vérité sans fond.

    • Bond says:

      Bonjour Lays et tout d’abord merci d’être passé par ici et d’avoir laissé ce commentaire.
      En fait, j’ai eu l’idée de ce post il y a quelque temps déjà suite à une mini-altercation (en ligne) avec une vendeuse de thé.
      Pour les catégories arbitraires promis, je recommencerai plus (en fait, j’ai croisé 😉 )

  2. Seb says:

    Merci pour les infos et surtout le ton du discours, c’est très agréable à lire tout en étant instructif.

    Maintenant j’ai une raison pour l’absence d’insomnie après un thé vert par rapport au café ou au coca.

  3. Nick says:

    It would take a long time to write this in French so please allow English: Thanks for a lovely piece about théine. Awesome condescending tone. Few US:rs would have the balls to write like that. I call it théine as it exists in tea. You coffee drinkers can call it caffeine as much as you want. If you want, your coffee contains théine. So there. Proof of the cultivation of the writer: I understood almost all without a dictionary.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *