Manara est un sacré coquin…

 

Oui bon, avec ce titre, je ne vous apprends rien… C’est pas avec de la pudibonderie que Milo Manara s’est rendu célèbre.

Mais récemment, je suis tombé sur une de ses dernières œuvres en date, et dedans, il surprend.

Je m’explique.

Cette œuvre-là s’appelle X-Women (X-Men: Ragazze in Fuga en italien, puisqu’apparemment il aurait été originellement publié en Italie, pas aux États-Unis)…

Oui, vous avez bien compris, il s’agit d’un one-shot co-publié par Marvel & Panini ! Il fut réalisé en collaboration avec Chris Claremont

Au début j’étais assez hésitant à l’acheter : Claremont étant de nos jours assez gâteux (le dernier bon truc qu’il ait écrit doit remonter environ aux années 80), je savais que j’avais de grandes chances de perdre mon temps et que le seul intérêt de ce bouquin – si intérêt il y avait – serait de voir Manara dessiner les X-Menet de voir ce qu’il allait en faire.

La curiosité fut la plus forte, il me fallut absolument savoir.

La première chose à noter, comme le titre l’indique, c’est que tous les mâles de notre groupe de super héros préférés ont été évacués de cette histoire avant même la première planche.

Oh la la, les femmes des X-Men entre elles ? Dessinées par Manara? Marvel se mettrait donc à la BD érotique, juste quand ils viennent d’être rachetés par Disney ?!?

Bien sûr que non. Même si Marvel a viré le Comic Code Authority il y a quelques années, c’est pas demain qu’on y verra du sexe ni même de la nudité. Marvel, ça reste (et restera toujours ?) de la BD mainstream américaine quand même.

Et c’est là que je dis que Manara est un coquin, car malgré ce carcan très limitant pour lui, son esprit est bel et bien omniprésent dans l’ouvrage. Comment fait-il donc, à ne pas pouvoir déshabiller nos héroïnes préférées, encore moins leur faire avoir des relations charnelles ? Eh bien, il fait comme à chaque fois qu’un artiste est confronté à une censure : il suggère, il contourne et il laisse notre imagination faire le reste.

Le résultat est aussi amusant qu’étonnant puisque nous nous retrouvons donc avec toute une séries de planches faisant penser à un avant-goût de ce qu’il va se passer, des préliminaires quoi, mais cela ne va jamais plus loin, sauf dans l’esprit du lecteur, un sacré petit cochon lui aussi.

Quelques exemples :

 

Manara X-Women

 

Manara X-Women

 

Manara X-Women

 

Manara X-Women

Oui, oui, vous voyez bien ce que vous croyez voir dans la case de gauche.

 

Manara X-Women

No comment...

 

Manara X-Women

 

Manara X-Women

Étrangement, Kitty "Shadowcat" Pryde dessinée par Manara me fait penser à la serveuse d'un pub que je fréquentais dans le temps. Je pense qu'il s'agit d'une coïncidence. 😉

 

Manara X-Women

 

Notez que Psylocke est censée être asiatique depuis un sacré moment chez Marvel (une sombre histoire compliquée de transfert d'esprit d'un corps à l'autre) et pourtant c'est la première fois que je vois un dessinateur la dessiner réellement asiatique.

 

Manara X-Women

 

Manara X-Women

 

Voila. En espérant que ni Marvel, ni Panini ne me fasse de procès s’ils tombent sur ça.

 

The following two tabs change content below.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

Gator

Parfois, je suis gentil, parfois, je ne le suis pas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *